visite guidée des parcs, jardins et paysages de Paris


LE PARC DU CHEMIN DE L’ÎLE À NANTERRE (92000) : LE POINT D’EXCLAMATION DE L’AXE SEINE-ARCHE

Le parc du Chemin de l’île est un nouvel (2006) espace de détente et de loisirs de 14,5 hectares.

La mise en scène du lieu mêle tout à la fois, grands espaces libres, aires de jeux, lieux de promenade.

planparcduchemindelile.jpg

plan1.jpg
Accessoirement, aménagé en bord de Seine, à l’extrémité Nord de l’axe allant de l’Arche de la Défense à la Seine, il dépollue l’eau de la Seine… pour la servir aux jardins familiaux situés à son extrémité Nord-Est.

Le chantier a été conduit selon les critères d’exigence de Haute Qualité Environnementale.

Réconcilier ville et nature

L’aménagement de ce lieu, étiré entre des franges disparates, violemment marqué par la présence de routes et de viaducs, de pylônes, de souffleries qui dispersent de l’air vicié, ne peut se résumer à un simple maquillage. Pour l’atelier Acanthe, le futur parc des bords de Seine doit être un lieu de vie, le cœur d’une alliance entre la ville et la nature. Un véritable système biologique et non une verdure récréative. En prenant la nature pour alliée, l’atelier se saisit de ses éléments : l’eau, l’air, la terre… Le parc s’ouvre sur le fleuve et crée un espace de respiration par la présence d’une vaste plaine.

Un parc intégré dans une démarche de développement durable

Le projet vise en outre à développer une nature ordinaire mais variée. Ainsi, aux côtés des zones horticoles ou gazonnées, le parc s’ouvre sur des prairies fleuries, des mares, des arbres isolés, des haies, des petits bois aux rôles écologiques différents. La dimension de développement durable est vraiment partie intégrante du projet : prise en compte de la biodiversité, traitement de l’air, utilisation de l’énergie solaire, traitement et gestion rationnelle de l’eau, gestion de la biomasse grâce à son traitement sur place en cycle fermé, réduction des nuisances sonores. Même orientation pour les berges. Leur valeur écologique sera augmentée par différents aménagements : des graviers pour la ponte des poissons, des vasières pour les insectes et les batraciens. Le dispositif de ce secteur comprend un gabion immergé, la création d’une zone de littoral peu profonde plantée de végétations aquatiques et de substrats variés.

L’exemplarité écologique au service de l’urbanisme

Sur le chantier, le recyclage des matériaux est systématiquement privilégié afin de limiter la production de déchets ainsi que le transport et la circulation des engins de chantier. Les matériaux utilisés ont été choisis pour leur neutralité sur le milieu. L’imperméabilisation des bassins et contre-fossés est assurée à 80 % par l’utilisation de gisements d’argiles présents sur le terrain. Les matériaux de démolition des bâtiments sont concassés sur place et réutilisés pour les fondations des allées. Quant aux arbres et autres végétaux supprimés, ils sont broyés et transformés en mulch qui sera utilisé comme engrais naturel au moment des plantations. L’implantation de jardins filtrants permettra de gérer l’eau de manière rationnelle. Ces jardins purifient naturellement l’eau pompée dans la Seine, qui sert ensuite à l’arrosage du parc et des jardins familiaux, ou retourne épurée dans le fleuve, favorisant ainsi la constitution de frayères (lieu où les poissons fraient).

Quatre bâtiments HQE

locaux administratifs
le pavillon des berges : restauration
le pavillon de la garde équestre : écuries
la maison du parc : expositions/informations/orientation du public

Leur construction atteint 6 objectifs de la HQE : elle se distingue particulièrement par les matériaux employés (bois, métal et couverture en zinc) et par leur modularité.

Biodiversité

Fondé sur la préservation durable des ressources et de l’environnement, ce parc restaure un véritable écosystème dans lequel faune et flore s’enrichissent mutuellement. Situé en face du futur parc, l’île Fleurie, un site protégé, constitue un refuge pour l’avifaune et de nombreux animaux. Ce réservoir naturel a favorisé le maintien d’une biodiversité sur les rives de Nanterre, où subsistent encore des espèces peu courantes de plantes et d’insectes. Ce capital sera préservé et développé par des aménagements de type « génie écologique » qui restaurent des « mini-écosystèmes » : mise en place de frayères et de sols de graviers pour la ponte des poissons, création de vasières pour divers insectes et batraciens, contre-fossé en mare naturelle pour permettre l’installation d’une végétation aquatique, etc.

Parole de paysagiste

Membre de l’équipe de Guillaume GEOFFROY-DECHAUME à l’atelier de paysagistes Acanthe, Ronan GALLAIS est responsable de la maîtrise d’œuvre du parc du Chemin de l’Île.

- Quelles étaient les principales contraintes de ce projet ?
- Elles tenaient pour l’essentiel au passé industriel de ce site : carrières d’exploitation au début du siècle, entreprise de métallurgie, et plus récemment les tracés des autoroutes A 14 et A 86 et celui du RER A s’y sont succédé. Le parc devait fédérer tous ces éléments. À cela, il fallait ajouter la Seine, l’axe historique de La Défense et la présence de la ville, Nanterre.

- Avec l’ouverture sur la Seine et la présence de jardins aquatiques, l’eau semble avoir été un des éléments fondateurs du futur parc…
- L’élément spécifique premier est en effet l’eau. Tirée du fleuve, elle est véhiculée le long d’un canal recouvert d’un caillebotis : les promeneurs pourront la voir et l’entendre s’écouler sous leurs pas. Quant aux jardins aquatiques, ils illustrent les différentes étapes naturelles de sa filtration et de sa dépollution par les plantes.
arton2794bd88d.jpg

- Ce parc s’inscrit dans une logique de développement durable. Qu’est-ce que cela signifie concrètement pour les futurs promeneurs ?
- Le visiteur est acteur. Il lui est donné l’occasion de reprendre possession de son milieu, et notamment de son fleuve. Ce parc est conçu en bonne intelligence avec son environnement, a contrario des milieux urbains anonymes, constitués en totale ignorance des espaces, des reliefs, de la flore ou de la faune locales. Le développement durable équivaut à l’instauration d’un espace viable à long terme. Dans cette logique, les énergies renouvelables auront toute leur place : l’énergie solaire alimentera la maison du parc et la guinguette, l’eau de l’arrosage sera pompée grâce à l’énergie éolienne, et enfin, tous les déchets du parc seront traités dans notre zone technique et les composts végétaux seront réutilisés pour enrichir les sols.

A ne pas rater

le mobilier :
nanterre3.jpg
les circulations :
jecnfpt3.jpg
la statuaire, digne de l’axe historique, commencé au Jardin des Tuileries !

Accès

RER A : Nanterre Ville et 10 min de marche


DE LA PLACE DE L’ÉTOILE AU CHÂTEAU DE VINCENNES EN PASSANT PAR L’ALLÉE ROYALE : un rapide aperçu de l’histoire du Bois de Vincennes

Les rois de France, légendairement amateurs de chasses, s’intéressent au Bois de Vincennes à partir de Philippe Auguste (XIIe s.) : un manoir de chasse est construit sur le périmètre de ce qui va devenir le vaste château que l’on connaît.
De ce manoir, il ne reste qu’une partie des fondations, côté Tour du Village, à l’opposé du bois. Bientôt il a fallu agrandir le manoir : les amateurs de chasses royales se font plus nombreux et les services se multiplient avec eux.

Charles V décide de s’installer à Vincennes. Il fait mettre en chantier la Chapelle Royale, et construire en un temps record l’incroyable donjon (le plus haut, conservé de l’époque médiévale en Europe). Se mirant dans l’eau qui l’entoure, la Tour de tous les fiefs, superbe et imprenable, impose le respect aux agités des provinces. Le domaine du château est fortifié : il est ceint d’un mur, de douves en eau (à sec et en partie comblées aujourd’hui), et d’encore un mur, plus haut que le premier, avec des tours aux 4 angles et aussi à mi-longueur des murs. Seule la Tour du Village a conservé son allure et sa hauteur : toutes les autres seront arasées par Napoléon Ier pour des raisons défensives qui m’échappent. Derrière les murs, tout un village peut tenir le siège. Plusieurs sources sont captées et amenées au château. L’une d’entre elles arrive à un puits sous le Donjon exactement. Quand la ligne du métro ayant pour terminus Château de Vincennes a été construite, elle a coupé le parcours de cette source détournée : le terrain sous le donjon s’est desséché de manière différentielle : les fondations de la colonne unique qui porte tous les planchers et plafonds sur 5 étages, a commencé à s’afaisser, par comparaison aux fondations des murs du donjon, plus larges et distantes de l’arrivée de la source. Jusqu’au moment où les forces croissantes qu’elle distribuait l’ont fait éclater. Le donjon fut aussitôt fermé et bientôt mis en travaux. Il a été sauvé par un chantier de restauration titanesque et rouvrira cette année 2010 tous ses étages à la visite.

Après Charles V, François Ier passera aussi sur le domaine et terminera la Chapelle, par égard dans le style où elle avait été commencée XXXannées plus tôt.

Louis XIV passera bien du temps à Vincennes, avant de s’installer à Versailles, mis en chantier dès XXX, mais qui ne sera pas au moins un minimum habitable avant XXX. Louis XIV entrera dans le domaine avec sa jeune épouse, par la Porte Triomphale, ancienne Tour du Bois reprise et pour le moins écrêtée par son architecte, LE VAU. Celui-la même qui va remettre au goût du Roi, aujourd’hui dit classique mais tellement moderne à l’époque, toute la partie côté bois du quadrilatère du château. LE VAU va diminuer la hauteur de la muraille médiévale défensive donc opaque et surtout ajourer la hauteur du mur qu’il conserve ; insérer 2 pavillons classiques le Pavillon du Roi côté Ouest et le Pavillon de la Reine côté Est ; enfin, rajouter une galerie parallèle, garnie de statues, pour finir l’écrin qu’il a fait sur ordre de son Roi.

La sortie du château côté bois, se prolonge à l’origine par l’allée royale. Cette continuité est hélas rompue depuis XXX par le Quartier Carnot, ensemble de bâtiments sans intérêt excessif, qui abritent la Garde Nationale. L’Allée Royale, restituée dans les années xxx, plantée de chaque côté de 2 rangées de platanes au lieu de chênes, offre une belle largeur. 1000 mètres après le Quartier Carnot, l’Allée arrive sur une place ronde, à partir de laquelle des parcelles triangulaires sont distribuées par des allées en étoile. Jusqu’au début de cette année encore, la place était plantée de charmille à hauteur d’homme, d’où on pouvait voir, au moment des chasses, dans quelle parcelle les rabatteurs resserraient le gibier.

C’est cet ensemble château – Allée Royale – Place de l’Etoile qui est le plus caractéristique d’un parc de chasse royal classique.

Le bois sera assez fortement remanié par l’équipe haussmannienne, pour l’amener dans le goût de l’époque : paysagé à l’anglaise.

A ne pas rater : le château, le donjon ; dans le bois, la Butte aux Canons, donnant une belle vue sur le château avec sa chapelle et plus largement sur l’Est parisien


JARDINS BOTANIQUES À PARIS

LE PLUS VÉNÉRABLE : LE JARDIN DES PLANTES

parissummer071189178280jardindesplantes2.jpg
Le plus vieux et définitivement scientifique, l’ensemble du Jardin des Plantes (5e), géré par l’État, recèle des collections remarquables.

À voir plus particulièrement :

- les Serres : rouvertes depuis ce mois de juin 2010
flickr2930287467image.jpg

- l’Ecole (Jardin) de Botanique : accès gratuit
pt51970.jpg

- le Jardin Alpin : gratuit en semaine (accès par l’Ecole de Botanique) ; 1 euro le WE (accès côté Choiseul)
p1100983.jpg

4 SITES POUR « LE » JARDIN BOTANIQUE DE LA VILLE DE PARIS

Depuis 1998, 4 des plus de 400 espaces verts gérés par la Ville (comprendre : la Mairie) de Paris sont devenus « le » Jardin Botanique :

du côté Bois de Boulogne (16e) :

- le Jardin des Serres d’Auteuil (côté Porte d’Auteuil)
img9007comprtop1.jpg

- les Jardins de Bagatelle
bagatelle13jpg.jpeg

du côté du Bois de Vincennes (12e) :

- le Parc Floral de Paris
parcfloralboisvincennesplusbellesphotosprintempsparis2574501.jpg

- l’Arboretum de l’Ecole Du Breuil ; l’Ecole n’est désormais accessible que lors des visites guidées, lors de manifestations telles que les Journées de l’Ecole (en mai) ou lors de la Fête des Jardins (septembre).
5.jpg

Ces sites sont labellisés  » jardins botaniques de France et des pays francophones « .


ESPACES VERTS DU DÉPARTEMENT DES YVELINES (78)

Parcs naturels régionaux

- Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse
- Parc naturel régional du Vexin français

Forêts domaniales (ONF)

- Forêt de Rambouillet
- Forêt de Saint-Germain-en-Laye
- Forêt de Marly
- Forêt de Dourdan
- Forêt de Meudon
- Forêt de Versailles
- Forêt de Fausses-Reposes
- Forêt de Port-Royal
- Forêt de Bois-d’Arcy
- Forêt de Beynes
- Massif de l’Hautil
- Forêt de Maurepas
- Forêt de Louveciennes

Forêts régionales (Agence des espaces verts)

- Forêt de Rosny
- Forêt de Verneuil-sur-Seine
- Domaine de Port-Royal-des-Champs
- Plaine du Bout du Monde
- Domaine de Flicourt
- Domaine de la Cour Roland

Forêts et parcs départementaux (Conseil général)

- Forêt d’Abbécourt
- Domaine de Beauplan
- Bois de Chauveaux
- Forêt des Flambertins
- Bois des Gaules
- Forêt de la Madeleine
- Forêt de Méridon
- Forêt des Grands Bois
- Bois des Moussus
- Forêt de Rolleboise
- Forêt des Ronqueux
- Forêt de Sainte-Apolline
- Forêt des Tailles d’Herblay
- Bois du Taillis
- Forêt des Terriers
- Forêt de la Vente
- Bois de Villevert

Parcs et jardins

- Arboretum de Chèvreloup
- Désert de Retz
- Domaine national de Marly-le-Roi
- Jardin Aigue-Flore
- Jardin des Gogottes
- Jardin Yili
- Parc de Versailles
- Parc Balbi
- Parc Meissonier
- Parc de l’Oseraie
- Parc de Sautour
- Parc des Sources de la Bièvre
- Réserve zoologique de Sauvage


PARC DE LIVRY À LIVRY-SUR-SEINE (77000) : UN NOUVEL ESPACE NATUREL SENSIBLE VIENT D’OUVRIR

SEINE-ET-MARNE (77) > Livry-sur-Seine(77000) au sud de Melun

plan de situation du Parc de Livry (-sur-Seine)

Le site, en bord de Seine, comprend des parties boisées, des prairies, des étangs, une roselière, un embarcadère.

Plus de 8 km de cheminements sont ouverts aux piétons, dont une boucle balisée de 3,5 km.

Comptez au moins 2 heures de balade.

UN ESPACE NATUEL SENSIBLE D’ENVIRON 175 HECTARES

L’emprise, représentant une grande partie de l’ancien parc du château de Livry-sur-Seine (XVIIe s.), a été racheté en 2003 par le Conseil Général de Seine-et-Marne, pour plus de 960 000 €.

Le Conseil Général l’a aménagé à partir de 2004, en accord avec les 2 communes concernées de Livry et Chartrettes.

Un premier aménagement concerne le circuit central, en 2004.

En 2009, une parcelle qui longe la Seine a été acquise pour compléter cet espace configuré en Espace Naturel Sensible (ENS). 300 000 € ont été investis pour réaliser les aménagements, de la fin de l’été 2008 au printemps 2009.

Son intérêt écologique vient de ce qu’au XXe s., l’exploitation des alluvions avait fortement modifié le site dans sa frange Ouest, créant ainsi une grande variété de milieux dont plusieurs plans d’eau et des habitats pionniers :
parcdelivry1.jpg

Un observatoire à oiseaux en libre accès a été installé sur le plan d’eau.

L’aménagement a été terminé à l’automne 2009.

UN PARC OUVERT DEPUIS PEU

L’inauguration en a été faite le 9 juin dernier, par M. EBLÉ, Président du Conseil Général de Seine et marne, a eu lieu le 9 juin 2010, en présence de Mme. GAGLIARDI, Maire de Chartrettes, et de M. LE MAOULT, Maire de Livry-sur-Seine.

Le parc est désormais accessible au public, mais (attention !) il ne s’agit pas d’un parc de loisirs, mais d’une zone écologique. Une cinquantaine d’espèces de papillons de jour y ont été recensés. Les promeneurs trouveront aussi une dizaine d’espèces d’orchidées différentes et des mammifères et insectes intéressants. La cueillette (baies, champignons…) est réglementée mais pas interdite.

Seuls les piétons et les cyclistes sont autorisés à s’y promener : un petit parking de vingt places est en cours d’aménagement du coté de Chartrettes.

ACCÈS

gare de Livry-sur-Seine, depuis Paris Gare de Lyon (direction Melun – Héricy – Montereau).


1...181920212223

valdefontes |
cibie2 |
DBZ Collection |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Passionvtt77
| GÎTES ET CHAMBRES D'HÔTES A...
| Aux petites mains.