visite guidée des parcs, jardins et paysages de Paris


CONFÉRENCES-PROJECTIONS

1. parcs & jardins de Paris & histoire des jardins

  • Une promenade dans les jardins de Paris : une relecture de l’histoire de l’Art des Jardins  

À toutes les époques, les jardins sont le reflet de nos sociétés.

Quelles ont été, au cours du temps, les rôles tenus par les jardins ?

Les usages, les raisons d’être de ces domaines de la nature en ville, changent  -au moins en partie-  au cours des époques.

Quelles perspectives se dégagent ces dernières années ?

  • L’arbre à Paris

Grâce à des efforts datant de plus d’un siècle, Paris a l’immense privilège d’être la capitale la plus boisée d’Europe : un patrimoine à entretenir, à sauvegarder, mais aussi à rajeunir ou à remplacer.

900 nouveaux arbres sont plantés chaque année, en diversifiant les essences, ce qui permet d’accroître encore la biodiversité dans la ville. Ainsi, à côté des platanes, marronniers et tilleuls traditionnels, de nouvelles essences sont plantées : micocouliers de Provence, noisetiers de Byzance, poiriers de Chine, oliviers de Bohême, chênes verts, lilas des Indes, palmiers…

Seule une politique dynamique de création de plantations nouvelles et d’entretien des plus anciennes permettra son maintien et enrichissement.

Toutes les solutions techniques, permettant de concilier l’entretien minimal des arbres, leur implantation optimale et la qualité paysagère de l’ensemble, sont privilégiées.

  • Les mares : sources de vie dans les jardins de Paris

Souvent les mares se comblent naturellement. Mais les autres causes de leur disparition ont été et restent nombreuses : concentration des polluants de bassins versants, besoins de terrains pour cultiver ou construire, assainissement volontaire de zones humides, pour cause de moustiques ou croassements… Des efforts de restauration ou de création sont désormais nécessaires.

En milieu urbain, les mares sont sources de biodiversité, d’agrément, et supports pédagogiques : elles se situent en effet à la base de riches chaînes alimentaires et contribuent au réseau des milieux liés à la présence de l’eau.

  • Les jardins partagés

Gardant parfois encore des rapports avec l’idée d’origine des jardins ouvriers, les jardins partagés, à Paris, sont, avant tout, des lieux de convivialité.

Lieux ouverts sur le quartier, ils favorisent les rencontres entre les générations et les cultures. Ils permettent de tisser des relations entre les différents lieux de vie de l’arrondissement : écoles, maisons de retraite, hôpitaux… Respect de l’environnement et développement de la biodiversité sont de mise.

  • Le Parc Floral de Paris aux 4 saisons

Créé en 1969 pour accueillir les troisièmes Floralies internationales, le Parc Floral s’est enrichi au fil du temps de nombreuses collections botaniques : des milliers de plantes du monde entier s’exposent ou se cachent dans les jardins thématiques ou à l’abri des patios et des serres.

Un lieu fait pour les fleurs, à découvrir à toutes les saisons…

 

2. jardinage écologique & gestion environnementale des espaces verts

  • Pourquoi & comment jardiner nature ?

Vous appuyez sur le bouton parce que vous en avez assez des pucerons ? Dommage : les coccinelles en mourront aussi. Et ce n’est pas très bon pour vous non plus… Cependant, des insectes, des oiseaux et autres animaux amis n’attendent que votre indulgence, dans l’ombre des massifs, pour vous aider à entretenir vos plantations.

  • La gestion environnementale des espaces verts à Paris

Depuis 2001, la Ville de Paris s’est engagée dans une démarche de développement durable. Au sein des espaces verts parisiens, cet engagement se matérialise par la mise en place d’un mode de gestion largement inspiré de schémas naturels : la gestion environnementale.

Ses objectifs :

-la réduction des nuisances (pollution atmosphérique…) et des risques de pollution (du sol, de l’eau), dans un esprit d’attention à la santé publique

-l’économie des ressources naturelles, y compris dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre

-le développement de la biodiversité

  • Le Plan biodiversité de la Ville de Paris

Est-ce qu’il n’y en a qu’à la campagne ? Est-ce que le fait même qu’on est en ville (et a fortiori à Paris) exclut que le vivant s’y manifeste en toute diversité ?

Pas facile à Paris, mais la bataille n’est pas perdue d’avance  -loin de là ! A l’occasion de l’année internationale de la Biodiversité, Paris a renforcé son action : la ville-capitale a signé en 2011 son Plan de préservation et de renforcement de la Biodiversité.

L’enjeu majeur est aujourd’hui d’offrir à Paris des conditions favorables au maintien et au renforcement de cette biodiversité, notamment des espèces les plus banales qui voient peu à peu leurs niches traditionnelles disparaître. Cela passe par l’édification des trames vertes & bleues.

Point d’étape sur les actions engagées à Paris.

  • Biodiversité des bois parisiens

Deux mille hectares de nature à proximité de la capitale : un héritage précieux, mais fragile.

Lieux de détente très appréciés de millions de visiteurs, mais aussi territoire de milliers d’espèces animales et végétales, les bois de Boulogne et Vincennes jouent un rôle essentiel pour préserver la biodiversité en région parisienne.

  • Comment préserver la biodiversité au bois de Vincennes ?

Paris rejoignait, le 18 mars 2004, les 55 collectivités territoriales, associations et institutions qui se sont inscrites dans une démarche régionale de conservation de la biodiversité et des milieux naturels. La Ville s’engageait ainsi à encourager l’étude et la conservation de la faune et de la flore urbaine.

L’enjeu majeur est aujourd’hui d’offrir des conditions favorables au maintien de cette biodiversité, notamment aux espèces animales et végétales les plus banales qui voient peu à peu leurs niches traditionnelles disparaître.

Une telle action ne peut être menée sans une cohérence au niveau régional, ni sans l’implication de tous les partenaires concernés.

  • Les espaces verts dans l’urbanisme actuel à Paris : la nouvelle génération

Les nouveaux espaces verts cherchent-ils à gommer la ville ? Des bâtiments s’enterrent sous un jardin, qui prend un rôle d’isolant thermique et phonique ; des murs et des toitures se végétalisent quand ils ne sont pas recouverts de panneaux solaires ; des jardins recueillent, voire dépolluent, les eaux souillées pour servir d’eau d’arrosage aux jardins eux-mêmes ; les déchets verts ne sont plus des déchets…

La nature en ville : ce serait donc possible ?

  • La dépollution biologique : une solution d’avenir ?

Certaines plantes, mais aussi des champignons et des bactéries sont capables de dépolluer notre environnement. Elles débarrassent les milieux pollués des hydrocarbures, métaux lourds, substances radioactives, engrais ou pesticides.

  • Plantes invasives : danger ?

Phytolaque d’Amérique, Renouée du Japon, Myriophylle du Brésil… Amenées par l’homme, volontairement (et pour l’agrément de ses jardins) ou par mégarde, des espèces végétales venues de loin s’épanouissent dans nos régions et prennent parfois une extension imprévue au point de devenir une menace pour les milieux naturels.

Après des débuts timides, l’envahissement peut faire tache d’huile : les conséquences se multiplient et, parfois, s’aggravent. Pour l’homme, leur présence peut entraîner de graves difficultés, notamment économiques ou de santé. Pour l’environnement, en revanche, les plantes invasives sont désormais unanimement considérées comme la seconde source de perte de biodiversité, après la destruction volontaire des milieux.

Comment réagir ?


Laisser un commentaire


valdefontes |
cibie2 |
DBZ Collection |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Passionvtt77
| GÎTES ET CHAMBRES D'HÔTES A...
| Aux petites mains.