visite guidée des parcs, jardins et paysages de Paris


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie IH. ANNEES 1930.

PARC KELLERMANN : typique des années 30 (Paris 13e)

situation : 7 Bd. Kellermann

surface : 5,6 hectares

création : années 1930 ; rénovation en 1960

architecte-paysagiste : ?

s’y rendre : métro (M°7) Porte d’Italie ; tramway (T2) Porte d’Italie ou Poterne des Peupliers ; bus 47, 57, 131, 184, 185

Construit après la destruction des fortifications de Thiers (évoquées par les hauts murs reconstruits, notamment celui d’où tombe une grande cascade), il porte le nom du maréchal français François-Christophe KELLERMANN, qui fut, avec DUMOURIEZ, le vainqueur de la bataille de Valmy contre les Prussiens (1792).

Typiques des années 30 :
- le portique de l’entrée située sur le Bd. KELLERMANN, en brique rouge et garni de 2 bas-reliefs montrant des jeunes gens, sveltes, énergiques et pleins de santé, se livrant à des jeux de ballon. Après les ravages de la Première Guerre Mondiale, gloire à la vie, à la jeunesse, au bien être, aux amusements -autant que possible en plein air (hygiénisme oblige) ;
- quand on a passé cette entrée, esplanade garnie de pelouse, de fleurs, de murets-bancs pratiques, certains au soleil, d’autres à l’ombre d’une marquise de tilleuls, pour se réunir, parler, rire -de tout et de rien ;
- les abris en brique et gravillons coulés dans le béton : les matériaux peu chers n’excluent pas l’élégance des constructions.

À ne pas rater
- la cascade, les bassins, les jeux d’eau (quand ils fonctionnent…) ;
- le talus planté de plantes de rocaille, à gauche de l’esplanade de l’entrée Bd. KELLERMANN ;
- les faux rochers et emmarchements en direction du côté bas, vers le Périphérique ;
- les très belles plantations dans la partie basse, côté Bd. Périphérique ;
- le faux-jasmin (Trachelospermum jasminoides) qui fleurit à l’entrée basse côté Poterne des Peupliers ;
- la mise en scène (depuis 2011), du passage de la Bièvre, qui entre dans Paris par la Poterne des Peupliers, près d’un ancien bassin ciment, désormais garni de végétaux de berges !

 

Quelques regrêts
- trop bruyant côté périphérique ;
- arrivés à la partie basse, côté Poterne des Peupliers, on ne sait trop où aller…

Quelques conseils
- (précisément) : sortez vers le très jardin Jean-Claude-Nicolas FORESTIER vers Charléty ;
- puis, si vous n’êtes pas morts, allez jusqu’au Parc Montsouris.
- préférez une visite matinale.


ESPACES VERTS ANNÉES 30 À PARIS

Paris compte environ 80 squares, jardins ou parcs créés dans la période des années trente.

Caractéristiques de leur époque, ces espaces verts présentent la plupart du temps une typologie particulière, tant par la conception des aménagements paysagers, que dans les éléments bâtis qui les accompagnent. On remarque en effet qu’il s’agit de jardins fortement structurés, avec, fréquemment, une organisation symétrique des espaces.

Portails d’entrée, kiosques, abris et édicules divers constituent autant d’éléments construits parfaitement intégrés au site : intimement liés à la conception générale mais aussi parfaitement pratiques et fonctionnels.

La construction des éléments d’architecture fait appel aux matériaux les plus divers en vogue à l’époque : briques, enduits gravillonnés, pavés de verre, parements de meulière, sans oublier le béton armé.

Avec le temps, les ouvrages se sont dégradés : épaufrures, fissures et autres défauts d’étanchéité ont notamment entraîné la corrosion des fers à béton, si bien que la restauration de ces constructions représente souvent des travaux jugés trop lourds dans le programme de réhabilitation de ces jardins.

C’est pourquoi, dans bien des cas, on en vient à envisager la démolition d’éléments construits qui par ailleurs ne correspondent plus forcément aux exigences en matière d’équipements des jardins. Ce qui est fâcheux : leur valeur patrimoniale est la plupart du temps incontestable.

Une liste non exhaustive d’espaces verts de Style 1930 :

7e : Square des missions étrangères (1939 )

12e : Zoo du Bois de Vincennes (1931)

13e : Parc de Choisy (1937), Parc Kellermann (1937), Square René Le Gall (1938)
32933282740f3fa0709e.jpg

14e : Square du Serment de Koufra (1930)

15e : Square Saint-Lambert (1935)

16e : Jardins du Trocadéro (1937), Cimetière de Passy (1820 / 1934)
trocadero.jpg

17e : Square Boulay Level (1935)

18e : Square de la Madone (1937), Square Saint-Bernard (1891), Square Suzanne Buisson (1951)

19e : Parc de la Butte du Chapeau Rouge (1938)
37859010706086c6552d.jpg

20e : Square Séverine (1933), Square Sorbier (1938), Square Sarah Bernhardt (1936)


Parc de Sceaux

Oeuvre d’André LE NÔTRE, le Parc de Sceaux date du XVIIe s.

Après qu’il ait déjà officié, semble-t-il, sur ses terres de SEIGNELAY (Bourgogne), André LE NÔTRE est demandé par Jean Baptiste COLBERT, entre autres Surintendant des Bâtiments, Arts et Manufactures de Louis XIV, à Sceaux, baronnie d’une cinquantaine d’hectares qu’il vient de racheter en 1670 aux POTIER DE GESVRES. Le tout premier château sera englobé par le château des COLBERT, admirable -et dont on ne connaît pas l’architecte. Il sera terminé pour 1673 par deux entrepreneurs : Jean GIRARD et Maurice GABRIEL :
IMAGE DU CHATEAU DES COLBERT
Ce château, vendu avec le restant du domaine au citoyen Jean-François Hippolyte LECOMTE, sera bientôt détruit après la Révolution (env. 1798), pour être revendu par l’homme d’affaires en petits morceaux, comme de nombreuses autres constructions et statues du parc.
Un château, beaucoup moins ample que celui des COLBERT étant entendu qu’il n’en occupera que l’emplacement du cors central, ne sera reconstruit qu’en 1856-1862 par Joseph-Michel LE SOUFACHé, pour les nouveaux propriétaires : les TRéVISE (1829-1923). C’est ce château que l’on connaît aujourd’hui, à plusieurs reprises très restauré depuis qu’il a été ravagé par la guerre de 1870.

LE NÔTRE aura travaillé au Parc pendant 20 ans (1670-1699), par tranches successives, au fur et à mesure des agrandissements :
-de 1670 à 1683 pour COLBERT, qui agrandit déjà le domaine qu’il avait acheté, par exemple tout le secteur entre le château et l’église, puis le secteur du Petit Château en 1682 ;
-de 1683 à 1690 pour son fils, le marquis de SEIGNELAY, avec un agrandissement majeur en 1687, qui amène le parc à son maximum de surface (227 ha) ;
-de 1690 à 1699 pour Mme de SEIGNELAY, après la disparition brutale du marquis.

2 axes sous-tendent son dessin, qui se réfèrent tous deux au château :
-l’axe principal, sensiblement Est-Ouest, monte à partir de l’Est, depuis Bourg-la-Reine, passe par la cour, traverse le château au sommet de la colline, et commence à dévaler la pente.
Avant l’agrandissement de 1687, le domaine butait net, peu après le château, à l’emplacement de la future Terrasse des Pintades, sur un mur d’enceinte. Depuis l’agrandissement, l’axe dévale longuement la pente et se redresse un peu pour finir à l’Ouest.

-l’axe secondaire est perpendiculaire au principal, donc sensiblement Nord-Sud, mais il est essentiellement latéral par rapport au château : il se déploie surtout sur sa droite : une cascade (détruite) descend la colline vers le Sud, du château jusqu’au au bassin du Grand Jet, avant qu’une pelouse encadrée d’arbres ne remonte… pour redescendre jusqu’à la grille de l’actuelle Croix de Berny. Dans le creux du creux, LE NÔTRE a remplacé par le bassin de l’Octogone l’étang d’une mare morte. En son centre, la Grand Jet s’élève jusqu’à 25 mètres de hauteur, grâce au dénivelé qui le sépare du réservoir qui l’alimente (actuel Bassin des Lilas). On a donné sur cet axe des fêtes somptueuses. La cours du duc mais surtout de la duchesse du MAINE (1700-1753) s’asseyait sur la pente qui descend de Berny, face à une scène qu’on installait sur le bassin, avec les cascades de LE NÔTRE derrière.

Quand, en 1687, le domaine est agrandi au Sud-Est par le marquis de SEIGNELAY, le successeur de COLBERT, jusqu’à faire 227 hectares, LE NÔTRE revient donner de l’air à son axe principal : il le prolonge vers le lointain à l’Ouest, par le Tapis Vert. Il faudra encore 2 ans de travaux de creusement pour donner une surprise parallèle à l’axe secondaire : Le Grand Canal, long (et plus exactement interminable) de 1 km. Le fond est sur un terrain naturellement imperméable, argileux et marneux.
C’est après la mort subite, en 1690, du Marquis de SEIGNELAY, qu’un entrepreneur achèvera les travaux prévus de rattachement de l’Octogone et du Grand Canal.

S’il n’y avait que ça, on se lasserait peut-être de la promenade :
-des jardins aussi autour du Petit Château ;
-comme le Nord était bucolique, du côté du Pavillon de l’Aurore (1672 Jules HARDOUIN-MANSART ; plafond peint par LE BRUN), depuis que Jean-Baptiste de LA QUINTINIE avait établi un potager clos de murs. Alors qu’à sa livraison, le Pavillon faisait un belvédère latéral, construit en saillie du mur d’enceinte, l’agrandissement au Nord-Ouest du domaine le reporta au centre du potager doublé : bel endroit, décidément, pour un réveil estival (ou même automnal) aux aurores !
-que de surprises au Sud du château aussi, en lieu et place de l’actuelle Plaine de l’Orangerie, vidée ! Au lieu du spectacle affreux des « jeux » et autres attroupements actuels, au-delà de l’Orangerie que Jules HARDOUIN-MANSART, ayant terminé celle de Versailles, édifie en 1686, se succédaient des cabinets de verdure : salle des Marronniers, cabinet des Coquillages, salle des Antiques, fontaine d’Éole et de Scylla, berceau de treillage. Après réflexion, heureusement, finalement, qu’il y a actuellement cette haie taillée improbable, pour barrer barre la vue (et l’ouïe…) à la frontière du jardin parallèle au mur Sud de l’Orangerie !

Il ne reste des constructions du parc des COLBERT et SEIGNELAY que :
-l’Entrée d’Honneur, avec se groupes d’animaux se battant (copies), flanquée des deux Pavillons de Garde entre lesquels on passe par un pont jeté au-dessus de douves sèches au tracé magnifique ;
-l’Orangerie, qui a perdu un pavillon et deux travées à la guerre de 1870 ;
-les Ecuries (très remaniées), avec leur très bel abreuvoir et bain à chevaux ;
-le Pavillon de l’Aurore ;
-le Petit Château, logement des hôtes des COLBERT : monument historique auquel les enduits sur la façade enlèvent beaucoup de l’allure ancienne ;

Du travail de LE NÔTRE :
-le tracé des allées anciennes est plutôt conservé (restaurations) ;
-le bassin de l’Octogone avec son Grand Jet ;
-le Grand Canal.

Ce dessin en H supporte d’autres axes, allées et cheminements, qui rejoignent diversement les différentes cotes de niveau. On a en effet un dénivelé de xxx m entre le château et le point le plus bas.

Quand Paris et sa petite couronne étaient encore réunis sous le nom du Département de la Seine, Jean-Claude-Nicolas FORESTIER, du Service des Promenades et Plantations de la Ville de Paris, après avoir fait racheter Bagatelle (1905), fait racheter Sceaux en 1929. à ses propositions de réaménagement du parc, on préférera celles de Léon AZEMA.

C’est donc AZEMA qui, dans le courant des années 1930, après le lotissement d’une partie du parc qui permettra de trouver des sous, modernise le domaine en restaurant et en simplifiant, tout en conservant de nombreux tracés et aménagements de LE NÔTRE (mais cependant moins que ceux qu’avait prévu de garder FORESTIER).
Il donne les nouvelles Cascades : du pur années 30. Sur les murs d’une grotte d’où l’eau commence à dévaler, 7 mascarons attribués à Auguste RODIN (1878). Initialement prévus pour les jardins du Trocadéro, on préférera les partager entre Sceaux et l’Escalier du Jardin des Serres d’Auteuil.
il conserve (plante ?) des Pins noirs d’Autriche (var. Laricio ?) sont maintenus en travers d’un tapis vert sur un côté du château ou en travers d’une allée.
côté Aurore, une glycine est installée dans un cèdre, dont l’ombre abrite deux statues années 30.
L’espace encaissé entre le joli Pavillon de l’Aurore et le Lycée LAKANAL est redessiné.

On reconnaît une patte années 30 qui tient beaucoup de celle de FORESTIER (cf. jardin d’Iris de Bagatelle), avec les murs et consoles d’if sévèrement taillé (et peut-être pas totalement à l’échelle ?), ainsi que le caissonnement de buis taillé qui reçoit des Iris latéralement et, depuis quelques années, un tapis millefleurs au centre -que je n’adore pas ;

Il fait aussi rapporter de Paris et remonter pierre à pierre la façade (classée) de ce qui sera le Pavillon de Hanovre : c’est le point de naissance de 3 nouvelles perspectives.

Actuellement, le domaine, géré par les Espaces Verts du Conseil Général des Hauts-de-Seine, est une vitrine de gestion environnementale : prairies, moutons invités à tondre les gazons…


valdefontes |
cibie2 |
DBZ Collection |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Passionvtt77
| GÎTES ET CHAMBRES D'HÔTES A...
| Aux petites mains.