visite guidée des parcs, jardins et paysages de Paris



LA FORÊT DE FONTAINEBLEAU (77000)

SEINE-ET-MARNE > à 60 km au sud-est de Paris

Elle constitue, avec les forêts domaniales des Trois Pignons et de la Commanderie, le massif forestier de Fontainebleau qui s’étend de Melun à Nemours du nord au sud et de Milly à Moret sur Loing d’ouest en est.

superficie : 17.117 ha

relief : accidenté

altitude : variant de 40 à 140 m

géologie : la forêt est installée sur les sables de Fontainebleau, d’âge Stampien inférieur (-35 Ma), qui reposent sur le calcaire de Brie d’âge Sannoisien supérieur et sont surmontés par les calcaires d’Étampes, d’âge Stampien supérieur, recouverts par endroits de limons des plateaux. Les sables sont localement consolidés en grès à l’origine de chaos gréseux pittoresques (gorges de Franchard et d’Apremont).

climat : type semi-continental, avec une forte influence océanique. La moyenne annuelle des températures est de 10,5°C (5,9°C pour les températures minimales et 15,1°C pour les températures maximales) et la pluviométrie de 730 mm d’eau par an.

UNE FORÊT REMARQUABLE POUR SA BIODIVERSITE

6.600 espèces animales
Sa faune d’Insectes est la plus riche d’Europe : 5.600 espèces dont 3.300 espèces de Coléoptères et 1.200 espèces de Lépidoptères
18 espèces d’Amphibiens
15 espèces de Reptiles
215 espèces d’Oiseaux
57 espèces de Mammifères, parmi lesquelles tous les grands Mammifères des forêts de plaine : le Cerf élaphe, le Chevreuil, le Sanglier, le Renard roux, le Blaireau européen….

3.000 Champignons & 500 Lichens

5.800 espèces végétales ? à confirmer : faut-il en retrancher les 3.000 Champignons et 500 Lichens ?
500 Algues
450 Mousses
80 espèces d’arbres et d’arbustes, dont le Chêne sessile Quercus petraea et le Chêne pubescent Quercus pubescens (45% des espèces arborescentes), le Pin sylvestre Pinus sylvestris (40%) et le Hêtre Fagus sylvatica (10%)
1.350 herbacées

phytosociologie

- sur les calcaires de Beauce : chênaie pubescente
- sur les sables de Fontainebleau : hêtraie, chênaie sessiliflore ou chênaie-hêtraie

HISTORIQUE

1709 : le gel intense de l’hiver détruit de très nombreux arbres.
1716 : reboisement par plantation de Chênes, de Hêtres et de Charmes, qui atteindra 6 000 ha la fin du siècle.
1786 : les premiers Pins sylvestres sont introduits dans le massif forestier.
1831 : reprise des plantations de Pins sylvestres, 6 000 ha sont reboisés en 20 ans.
1839 : Claude-François Dénécourt, demi-solde d’Empire, trace, au Mont Chauvet, le premier circuit de promenade. Il ouvrira ainsi environ 150 km de sentiers pédestres et son œuvre sera poursuivie par Charles Collinet qui procèdera au balisage de 100 km de nouveaux sentiers.
A partir de cette époque, les artistes s’installent dans les communes voisines (Théodore Rousseau et les peintres paysagistes de l’école de Barbizon) et les écrivains (Chateaubriand, George Sand, Alfred de Musset, Victor Hugo…) font le voyage de Fontainebleau. Dans l’Éducation sentimentale, Gustave Flaubert donne une description précise de la forêt (excursions en forêt de Frédéric et Rosanette).
1849 : le chemin de fer atteint Fontainebleau et commence à déverser ces premiers visiteurs, leur nombre s’élève aujourd’hui à 17 millions par an.
1853 : 624 ha de vieux arbres sont mis hors exploitation pour leur intérêt artistique.
1861 : une réserve artistique de 1 097 ha est constituée.
1879 : le gel intense de l’hiver, ayant fait périr de nombreux arbres, 8 millions de feuillus et 7 millions de résineux seront replantés en 10 ans.
1904 : la superficie de la réserve artistique est portée à 1 692 ha.
1953 : des réserves biologiques sont créées : 141 ha sont classés en Réserves Biologiques Intégrales (RBI) et 411 ha en Réserves Biologiques Dirigées (RBD).
1967 : les réserves artistiques sont supprimées et les réserves biologiques ramenées à 415 ha, dont 136 de Réserves Biologiques Intégrales.
1970 : suite à l’inventaire réalisé en 1968, un plan d’aménagement du massif forestier est mis en place, il prévoit le rajeunissement de 7 120 ha en 30 ans (cette surface est ramenée à 6 260 ha en 1972, puis à 4 800 ha en 1985).
1995 : 365 km de sentiers balisés sont mis à disposition des promeneurs et des randonneurs.
1996 : un nouvel aménagement de la forêt est élaboré, pour la période 1996-2015, afin d’en préserver les richesses naturelles et la biodiversité, les réserves biologiques sont portées à 580 ha pour les Réserves Biologiques Intégrales et 1331 pour les Réserves Biologiques Dirigées.
1999 : 500 000 arbres sont détruits à la suite de la violente tempête du 26 décembre
2002 : le massif est classé en « forêt de protection » le 19 avril.

aménagements pour les loisirs : 1.100 km de routes et d’allées forestières, plus de 300 km de sentiers pédestres balisés, des sites d’escalade, et de nombreuses aires de stationnement et de pique-nique.


Laisser un commentaire

valdefontes |
cibie2 |
DBZ Collection |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Passionvtt77
| GÎTES ET CHAMBRES D'HÔTES A...
| Aux petites mains.