visite guidée des parcs, jardins et paysages de Paris


Accueil | »

PARC DES BUTTES CHAUMONT (Paris, 19e)

UN SEUL MOT D’ORDRE POUR SA RÉALISATION : « IL EST IMPORTANT DE RÊVER »

À L’ORIGINE : LE CHAUVE MONT

…qui, c’est bien connu, rime avec Rien de Bon. Pour preuve :
- le Mont est l’une des buttes-témoin du territoire parisien, mais, elle, sans eau. Pas d’eau : pas de cultures ;
- le sous-sol, fait d’un beau calcaire et de gypse, est miné en profondeur : le lieu est donc inconstructible.

UN PARI FOU

L’équipe haussmanienne doit réaliser, en lieu et place d’un espace iprobable, un vaste parc (presque 25 hectares) :
- public, ouvert à toutes les classes sociales et même aux ouvriers, tous les jours de l’année, gratuitement (c’est nouveau) ;
- pittoresque, où des écrans visuels (plantations, levées de terre…) empêchent de voir jusqu’à la dernière seconde une nouvelle vue remarquable ;
- garni de plantes rares qui, à cette époque, étaient encore l’apanage des classes aisées ;
- rappelant des passages de l’histoire de l’humanité (le temple de la Sybille rappelant l’Antiquité gréco-romaine) ;
- évoquant des paysages existants des provinces françaises (le gouffre de Padirac, l’aiguille d’Étretat…) ou de l’étranger (pavillons de garde à l’image des Palais des grands lacs italiens) ;
- le tout dans une ambiance montagnarde, rustique mais sophistiquée (vastes pelouses et prairies plus ou moins abruptes, ombragées par des bouquets d’arbres et arbustes ; pitons et enrochements, falaises…).

TOUT ÉTAIT PRÉVU POUR L’AGRÉMENT

- fleurs, dans les fameuses corbeilles, d’ailleurs avec leur marge d’osier tressé et leur anse à l’origine !
- guignol pour les petits
- brasseries pour les grands
- sans compter les bancs publics en enfilade, pour voir, pour regarder et (surtout) pour être regardé, pour être vu avec son dernier amant ou son dernier caniche en date : la vie sociale bat son plein.

MÊME PLUS EN RÊVE

- 30 kilogrammes de dynamite par jour la première année, pour soustraire du relief d’origine ce qu’on ne souhaitait pas conserver ;
- 1.000 ouvriers par jour, pendant 4 ans ;
- l’apport de millions de mètres cubes de terre végétale, essentiellement du Bois de Vincennes, via la Petite Ceinture, puis par des wagonets qu’on déplace sur des rails mobiles ;
- le pompage d’eau, prise dans le canal de l’Ourcq et déposée dans le réservoir de Botzaris, qui alimente le circuit d’eau du parc ;
- la plantation d’arbres déjà grands, amenés grâce à des engins qu’il a fallu imaginer et réaliser ;
- un budget de plusieurs centaines de millions de francs de l’époque, dont une grande partie provient de la vente des parcelles du pourtour du parc (constructible, lui !), en lotissements dont la plupart recevront de beaux immeubles d’habitation haussmaniens.

LA DATE D’OUVERTURE N’EST PAS UN HASARD

Le 1er avril 1867, soit le jour de l’inauguration de l’Exposition Universelle qui est donnée cette année-là à Paris, au Champ de Mars : le nouveau parc devait être la vitrine de la France et de la Ville de Paris en particulier. Et il le reste, vu le nombre de visiteurs chaque année, venant même de l’étranger.

ON NE POUVAIT ÊTRE PLUS MODERNE

Une personne s’est jetée ce jour là du Pont des Suicidés, ce qui a valu, dans la presse, le jugements sans appel « Monsieur Haussmann a fait un parc où il fait bon se suicider. »
(No comment…) Mais jugez-en plutôt par vous-même.

RENDEZ-VOUS

prochaine visite guidée : le mardi 20 juillet 2010 à 14h30

QUELQUES REGRETS

- la tempête de 1999 puis la canicule de 2003 ont fait des dégâts importants notamment sur les hauteurs. Il est prudent d’avoir remplacé les grands arbres (hêtres ?) abattus par des arbres à faible développement (Mûrier à papier ?) mais l’effet perd trop de son envergure ;
- le chemin de grotte en grotte, à travers la façade du rocher qui donne sur la Place Armand Carrell, est condamné ;
- plus généralement, le rocher est très très fissuré ;
- des réparations de fortune exécutées sur le rocher, par projection de ciment, donnent un effet épouvantable.

BONS POINTS

Le parc, fragile, bénéficie depuis quelques années d’un programme de restauration impressionnant :
- sur les constructions : restauration (avec plus ou moins d’excellence), des rustiquages ; stabilisation des pelouses par injection de ciment ; consolidation des pylônes du pont suspendu et réfection de son tablier et des peintures ;
- sur les plantations : un effort courageux est fait pour arracher des plantations parasites, afin de revenir aux perspectives d’origine.

RECOMMANDATIONS UTILES

- la visite du parc peut s’avérer physique, vu le dénivelé : n’y allez pas en chaussures à tallons ;
- fouillez aussi les endroits où la foule ne va pas : ils montrent une remarquable intelligence et une réelle sensibilité de la conception paysagère ;
- évitez les après-midis : profitez des lumières du matin ou du soir.


Laisser un commentaire

valdefontes |
cibie2 |
DBZ Collection |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Passionvtt77
| GÎTES ET CHAMBRES D'HÔTES A...
| Aux petites mains.